Œil de Singe, l’autre regard

Depuis le début de l’année, deux vidéastes et un ingénieur du son poitevins forment Œil de Singe, un média audiovisuel qui part à la rencontre des initiatives et talents parfois méconnus du territoire. Une démarche rafraîchissante et bienveillante.

Steve Henot

Le7.info

« Œil de singe », kézako ? Un nouveau spectacle de rue ? Le nom d’un groupe de musique du coin ? Tout faux ! Derrière ce drôle de nom se cache un média audiovisuel créé en mars par deux vidéastes et un ingé son poitevins. En marge de leur activité professionnelle, Alexandre, Charlène et Romain ont voulu allier leurs compétences pour « se faire plaisir » et réaliser des vidéos « qu’on ne [leur] propose pas dans le cadre pro », souligne Alexandre.


Du clip musical, du micro-trottoir, du portrait… Les trois amis ne s’imposent aucun format et laissent libre cours à leur imagination, à leurs envies. A l’image de ce live enregistré au printemps avec le duo poitevin B I C H E S, les pieds dans l’eau, dans un cadre enchanteur. La vidéo la plus consultée à ce jour sur leur page Facebook (plus de 4 000 vues, ndlr). « On a la liberté de pouvoir s’essayer à plein de choses, apprécie Charlène. Et c’est une proposition qui manquait un peu dans le coin. »


Dans la veine 
de Strip-tease

« Attaché au territoire », le trio de jeunes trentenaires se dit motivé pour aller à la rencontre d’initiatives et de personnalités locales qu’il estime peu mises en lumière sur les réseaux sociaux. En particulier dans le domaine culturel. « Jusqu’ici, on a fait des vidéos avec des gens qu’on connaît plus ou moins, explique Alexandre. D’autres ne voyaient pas forcément l’intérêt de nous accueillir et, avec le Covid, ça n’a pas aidé… Mais des personnes commencent à nous contacter aujourd’hui, c’est cool. » 


Dans la veine de l’émission Strip-tease ou de certains documentaires courts, Œil de singe s’efface volontiers pour laisser les images et les sujets parler, sans aucun commentaire. « Savoir se faire oublier sur un tournage, c’est un exercice un peu différent mais l’expérience est agréable », convient Alexandre, qui n’en attendait pas tant de ce projet. « On souhaite faire quelque chose de très humain et bienveillant », insiste Charlène. Le jeune collectif ne se ferme aucune porte sur les prochains à explorer, privilégiant les « belles rencontres ». « Tout le monde peut cohabiter là-dedans, assure Romain, qui voit en Poitiers le terrain de jeu idéal pour faire de chouettes découvertes. Ça nous ouvre les portes de lieux auxquels on n’imaginait pas avoir accès. On redécouvre la ville qu’on est pourtant censé connaître. » Le plus difficile reste de réunir les trois membres d’Œil de singe au même moment. Pour le reste, ce ne sont pas les idées qui manquent. « Il y a plein de choses que l’on veut faire ! », lance Alexandre, qui ne cache pas des envies de court-métrage. A suivre.


 

Œil de Singe sur Facebook, Instagram et YouTube : 
@oeildesinge.

DR

À lire aussi ...