Dans la Vienne, les circuits courts souffrent toujours

Après l’état de grâce post-Covid, le soufflé est retombé pour les circuits courts. Alors que certaines activités cessent, d’autres gardent foi en l’avenir.

Steve Henot

Le7.info

Après quatre années de déploiement, notamment dans la Vienne, Le Potager d’à Côté a cessé son activité. L’annonce, très sobre, a été faite le 5 décembre sur les réseaux sociaux de la plateforme. Laquelle permettait de consommer des fruits et légumes locaux et de saison issus de jardins de particuliers comme de producteurs, et ainsi d’éviter le gaspillage. « J’ai une pensée particulièrement émue pour tous les producteurs qui travaillent sans compter les heures, bien souvent sans rémunération pour que nous puissions manger. Soutenons-les », exhorte sa fondatrice, Virginie Broncy.


Deux jours plus tôt, c’était au Biocoop de Châtellerault de fermer boutique. Un de plus, dans la Vienne. Après l’extraordinaire engouement qu’ils ont suscité au plus fort de la crise sanitaire, les plateformes de circuits courts et magasins de producteurs sont à la peine ces derniers mois, entre fréquentation en berne et baisse du panier moyen (lire le n°569). 
« Sur les chiffres, on est en-dessous de 2020 et de 2021, mais toujours au-dessus de 2019 », tempère néanmoins Sébastien Nauleau, éleveur de bovins associé aux Halles Fermières, ex-Plaisirs Fermiers à Poitiers-Sud. Le magasin a récemment changé d’identité « pour redonner du dynamisme » et a agrandi sa surface commerciale de 60m2, avec de nouveaux produits en rayon. Un investissement qui témoigne d’une certaine foi en l’avenir, quand d’autres initiatives poursuivent leur développement. Plébiscité depuis son lancement en 2021, le Drive fermier 86 a ouvert en juin un second point de retrait à Neuville.

DR - Facebook/Halles fermières
Publicité

À lire aussi ...