Cent gamins des quartiers montent au filet

Une centaine d’enfants des quartiers de Poitiers ont passé la journée à Lawson-Body, à découvrir les joies du volley-ball.

Nicolas Boursier

Le7.info

« J’ai passé un super moment, en plus, j’ai pu parler avec un joueur portugais. » Joao, 12 ans, a le sourire jusqu’aux esgourdes. Le gamin des Couronneries, collégien en 5e à Jules-Verne, n’aurait manqué ça pour rien au monde.

Ça, c’est l’événement créé, pour la deuxième année consécutive, par Sipéa Habitat et le Stade poitevin volley-ball. Une journée non-stop dédiée à la rencontre et au sport.

Comme ses 96 autres camarades des centres socioculturels de Cap Sud, MJC Aliénor, Maison des Projets de Buxerolles, Local, Trois-Cités, Blaiserie, Migné-Auxances et Beaulieu, Joao a en effet pu découvrir l’antre des volleyeurs stadistes et même pu converser avec eux. Avec le libero lusitanien Carlos Teixeira, donc, et l’ensemble des joueurs professionnels du cru, couvés de demandes d’autographes et de séances photos.

Avant d’assister à l’entraînement officiel des demi-finalistes de la Coupe de France, toute cette jeunesse a eu droit à un petit déjeuner et un déjeuner concoctés par les bénévoles de Poitiers Monte au Filet et à un grand tournoi, encadré par les éducateurs du club. Au final, Cap Sud a enlevé la mise. Joao, lui, a dû se contenter de la quatrième place. « Pour une première, c’est déjà pas mal. Je reviendrai ». Sûr qu’ils sont nombreux, comme lui, à vouloir y regoûter.

Publicité

À lire aussi ...