Séduisante Antoinette

Une institutrice décide de suivre son amant marié, en secret, là où il passe ses vacances en famille. Et s'embarque, sans le vouloir, dans une grande randonnée aux côtés d'un âne... Drôle et touchante, Laure Calamy porte cette jolie comédie, riche en belles images. Rafraîchissant !

Steve Henot

Le7.info

Des mois qu’Antoinette attend l’été et la promesse d’une semaine en amoureux avec Vladimir, son amant. Mauvaise nouvelle : celui-ci lui annonce qu'il annule leurs vacances pour partir marcher dans les Cévennes avec sa femme et sa fille. Sur un coup de tête, l'institutrice décide de l'y suivre, en secret. Mais elle ignore encore dans quelle drôle d'aventure elle s'est lancée : parcourir le chemin de Stevenson aux côtés d'un âne un peu revêche !

Pour son deuxième long-métrage -seulement- Caroline Vignal signe un très beau portrait de femme, comme on en voit rarement au cinéma. Loin des clichés inhérents aux comédies romantiques, le personnage d'Antoinette apparaît tout en nuances : pétillante et sensuelle mais jamais facile, naïve et pathétique mais tout de même dure au mal, éperdument amoureuse et pourtant si libre... Dans cet étonant road trip dans les Cévennes, au plus près d'une nature formidablement mise en images, elle se révèle jour après jour. Et se découvre de nouveaux horizons, guidée par l'instinct de l'âne Patrick, compagnon de route aussi improbable qu'attachant. A l'écran, le choix de Laure Calamy dans le rôle-titre apparaît comme une évidence. L'actrice révélée dans la série Dix pour cent séduit une nouvelle fois par son jeu sans complexe et l'expression d'une féminité dans l'air du temps. Le Poitevin Benjamin Lavernhe sonne aussi très juste dans le costume de l'amant-mufle. Dans l'ensemble, Antoinette dans les Cévennes dégage une douce bienveillance qui fait beaucoup de bien. Et ses beaux paysages donnent assurément envie de jouer les prolongations estivales... On le recommande chaudement.

 

Comédie romantique de Caroline Vignal avec Laure Calamy, Benjamin Lavernhe, Olivia Côté (1h35).

 

À lire aussi ...